Antoinette Fouque, cofondatrice du MLF, est morte - 21 février 2014 - L'Obs

Antoinette fouque, cofondatrice du mlf, est morte - 21 février 2014 - l'obs

Antoinette Fouque, de l'éducation à la psychanalyse

Avec son directeur de thèse, le sémiologue Roland Barthes, Antoinette Fouque (http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140221.OBS7331/antoinette-fouque-cofondatrice-du-mlf-est-morte.html) décroche un DEA. L'étudiante fréquente Monique Wittig, romancière féministe durant cette période. La jeune femme fait la connaissance du fondateur du courant du lacanisme dans les années 60. Antoinette Fouque collabore avec plusieurs sociétés d'édition en plus de sa profession d’enseignante.

C'est en côtoyant les milieux intellectuels que, Antoinette Fouque se rend compte combien les femmes ne tiennent qu'une place mineure dans le monde de l’édition. Par le biais des Editions des femmes, Antoinette Fouque met en avant la littérature féminine. Elle lance Les Editions des femmes dès 1973. Les Librairies des femmes ouvrent dans la foulée.

Antoinette Fouque quitte le Mouvement de libération des femmes au moment de son départ aux Etats-Unis au début des années 80. Le mouvement est à cette époque victime de luttes internes et perd de l’influence. Antoinette Fouque et les autres militantes choisissent d'enregistrer le Mouvement de libération des femmes avec le statut d’une association, à la fin des années 70. Le Mouvement de libération des femmes a vu son sigle déposé à l'Institut national de la propriété intellectuelle pour prévenir toute récupération.

Alliance des Femmes pour la Démocratie : son engagement politique

L’Alliance des Femmes pour la Démocratie est une organisation créée par Antoinette Fouque à l'occasion du bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme. Actuellement, les droits des femmes sont toujours en danger et l'AFD se bat dans le but d'empêcher la montée de tous les extrémismes. Antoinette Fouque fait campagne avec les radicaux de gauche au scrutin européen de 1994, elle siège à Strasbourg entre 1994 et 1999.

Théoricienne et écrivaine

Antoinette Fouque ne se reconnait pas dans l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir. La théoricienne exécre les "-isme", qui réfèrent à une idéologie. Elle imagine alors le nom "féminologie". La lutte de cette féministe n'a rien à voir avec un militantisme féminin sans concessions, elle revendique la maternité, qui n'est pas d'après la théoricienne incompatible avec la libération de la femme. Antoinette Fouque développe la féminologie dans les pages de trois ouvrages édités entre 1989 et 2012..

Articles